Mettre un homme en pot

Publié le par Jurek


    Il y a 1 à 2 milliards d'années, intervient la séparation de la cellule végétale de la cellule animale. La première est capable de puiser son énergie du soleil et de la chimie, l'autre ne le peut et se nourrit soit de cellules végétales ou d'autres cellules animales.

Ce choix fondamental définit le destin des plantes et des animaux.

Les plantes ont besoin d'une mobilité réduite puisque leur alimentation les entourent alors que les animaux doivent aller à la recherche de la leur.

La conséquence, 'est qu'une plante peut vivre dans un pot tandis qu'un animal ne le peut.

Mais en dehors de cette divergence sur la mobilité,  une plante est un JE au même titre que l'animal. La boutade "mettre un homme en pot" nous le rappelle.

Rappel:

Tout être vivant est un JE c'est à dire qu'il apparaît un jour , en général, de la rencontre de deux cellules sexuelles, l'une femelle et l'autre mâle. Une fois, le cycle vital terminé, l'individu - plante ou animal - restitue ses éléments solides à la nature. Tout au long de sa vie, il assure son éternité, c'est à dire qu'il s'alimente de tout ce qui l'entoure et est compatible avec ses besoins et il se reproduit à l'intérieur de son espèce. L'impact des JE sur l'environnement est variable. Nous privilégions le notre, celui des humains. Mais cela n'est vrai que pour nous humains.

Publié dans 12chinois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

"je" dominique 08/02/2007 21:08

"je" me sens empoté de tous ces propos!  mais où est-elle ? "je" la cherche sans la trouver? et peut-on s'en tenir au jeu du je sans se poser la question du "nous"? poursuivons donc le voyage à la recherche du sens car le jeu (pardon le "je") a-t-il un sens?